jardin des PETITES RUCHES

Plantes bio-indicatrices du jardin

samedi 23 avril 2016 par Petites ruches

Les "mauvaises herbes" dont on veut se débarrasser sont en fait des indicatrices de l’évolution du sol et permettent de prévoir des dysfonctionnements avant qu’ils ne se manifestent et qu’il soit trop tard pour les réparer. Une plante ne pousse pas par hasard ; lorsque vous la rencontrez dans votre jardin, elle a un rôle à jouer dans cet endroit là, à ce moment là.
Gérard Ducerf - L’Encyclopédie des Plantes bio-indicatrices

La plus connue des "mauvaises herbes"

Tout jardin est un terrain de découverte de ces plantes sauvages dont parle si bien Gérard Ducerf dans son encyclopédie des plantes bio-indicatrices (Ed.Promonature).
C’est un apprentissage long et difficile quand on n’y connait rien ! Mais petit à petit on en apprend l’alphabet : pissenlit, pâquerette, plantain sont les plus faciles à reconnaitre à la lettre ’P’ ; Carotte sauvage, camomille, chénopode à la lettre ’C’...
Quand on souhaite connaître le nom d’une plante, le plus simple est d’attendre qu’elle fleurisse (ne pas l’arracher, donc, ni la tondre...).
En effet, la forme et la couleur de la fleur sont des indices essentiels pour la reconnaissance des plantes en général. Cela permettra de la trouver dans une flore. On peut aussi s’aider du merveilleux site Tella botanica.
Lorsqu’une plante est présente en grande quantité dans le jardin, elle nous donne des indications précieuses sur le sol sur lequel elle se développe. Elle sont généralement dépolluantes des sols abimés.
Voici quelques exemples de celles qui poussent chez nous :
Artemisia vulgaris

Armoise en juin

A comme Armoise commune (Artemisia vulgaris)
Cette belle et grande vivace au revers gris est une médicinale qui pousse volontiers dans la cour de l’ancienne ferme démolie, et nous indique que le sol y est asphyxié par le compactage (piétinement par les vaches) et l’excès de matières organiques (bouses).
Les bons gestes consisteront à remettre de l’air dans ce sol avec l’aide d’une grelinette, et de n’apporter aucun amendement pour aider le sol à se désengorger.

Ballota nigra
Ballote en fleurs en juin

B comme Ballote
Cette vivace, très présente au jardin, aromatique au parfum vraiment particulier (puante pour certains), nous indique que là où elle pousse le sol est plutôt calcaire et bourré de matières organiques animales. A petite dose nous l’apprécions en infusion pour ses vertus ’anti-stress’.

Arctium minus

Bardane
Cette robuste plante bisannuelle pouvant atteindre 1,50 m, a des fleurs roses très mellifères et des gros fruits qui s’accrochent partout ! Elle prolifère dans certains coins du jardin engorgé de matières organiques provenant de la décomposition du bois et d’écorces.
Bryone

Bryonia dioica
Bryone femelle
Bryone mâle

Grimpante dioïque vivace, cette liane s’accroche partout grâce à ses vrilles.
Elle a une forte racine, d’où son nom : ’navet du diable’. Toute la plante est toxique. Elle indique un sol engorgé en matière organique, qui évolue vers un milieu forestier.

Cirsium vulgare

C comme Chardon à feuilles lancéolées
Nous laissons grandir les chardons là où ils ne gênent pas : malgré leur mauvaise réputation ce sont eux en effet qui réparent les sols malades d’engorgement, en allant puiser le phosphore en profondeur. Nous les coupons avant qu’ils ne grainent.

Chelidonium majus

Chélidoine
Vivace connue comme ’l’herbe à verrues’ secrétant un lait orangé quand on la coupe, pousse toujours à proximité de l’homme.
Elle indique un sol très riche en azote et en matières organiques.

Papaver rhoeas

Coquelicot
C’est mon préféré, le voici en rosette, avant l’apparition des fleurs. Annuel, bon comestible en salade printanière, il indique un fort contraste hydrique, avec un sol gorgé d’eau en hiver et très sec en été.

Matricaria inodorum

Camomille
Annuelle, amie des sols fraichement retournés comme son cousin coquelicot, la camomille inodore signale un sol déstructuré, facilement lessivé, et à fort contraste hydrique. Laissons-la donc recouvrir la terre fragilisée de son léger manteau vert, protecteur du brulant soleil et des pluies battantes.

Chaerophyllum temulum
cerfeuil penché en fleurs

Cerfeuil penché
Bisannuel, il met deux années pour faire son cycle complet. Il pousse en lisière de notre petit bois. C’est une plante très toxique, à ne pas confondre avec le cerfeuil comestible, qui indique que le sol est engorgé en nitrates et nitrites (lisiers, fumiers).
E comme Euphorbe chasse taupe = grande épurge

Euphorbia lathyris

Jolie bisannuelle à racine pivotante.
Elle ne repousse pas les taupes, contrairement à ce que son nom laisse penser.
Comme pour toutes les euphorbes, évitons de la toucher sans gants, en raison de son latex blanc toxique et très corrosif. Elle se développe dans un sol pollué par les pesticides et les engrais chimiques, et se ressème spontanément.
Elle agit comme dépolluante de ces sols malades.
Epiaire des bois

Stachys sylvatica
Epiaire en fleurs
Fumaria officinalis

F comme Fumeterre officinale
Cette merveilleuse annuelle indique encore une fois un sol engorgée par excès de fumure, d’où son nom. Elle est discrète et se faufile entre les autres plantes du jardin

Geranium dissectum

G comme Géranium
Géranium découpé

Cette annuelle se ressème volontiers dans les sols excessivement riches en nitrates et fumier.
Géranium herbe-à-Robert
C’est une belle annuelle ou bisannuelle présentant une forte odeur qui se rencontre en tapis à la lisière de notre petit bois, soulignant sa richesse en matière organique végétale. Plante souveraine pour bien des maux comme les angines ou le diabète.

Geranium robertianum
Gallium aparine

Gaillet gratteron
Encore une plante annuelle, bien connue pour s’accrocher partout. Elle est dispersée par les pelages des animaux. Elle germe dans un sol gavé d’amendement azoté et est capable de le dépolluer en exportant cet excès.

Glechoma hederacea

L comme Lierre terrestre
Son nom induit en erreur car il n’a rien à voir avec le lierre, si ce n’est sa faculté à ramper sur le sol et à tisser des tapis. Le lierre terrestre est une vivace mellifère qui se plait à la lisière de notre petit bois. Il nous indique un engorgement en matière organique végétale, telle que bois mort, terreau de feuilles, écorces.
Nous profitons de son abondance pour réaliser des sirop parfumés, divins contre les éventuels maux de gorge.
Laitue scariole

Lactuca seriola

Cette laitue sauvage est à l’origine de nombreuses variétés de salades cultivées. Ses jeunes feuilles riches en vitamines et minéraux sont appréciables en salades en mars-avril, quand elles ne sont pas encore rugueuses.
Elle pousse dans les sols riches en nitrates et matières organiques.
Laiteron maraîcher

Sonchus oleraceus

Annuel reconnaissable à sa rosette vert teinté de rose, il entre dans la composition des salades printanières.
Il pousse dans des sols très riches en matières organiques et lourds, en anaérobiose.

Stellaria media

M comme Mouron des oiseaux
Annuelle des salades printanières, particulièrement riche en vitamine C. Voilà une plante qui nous indique que dans le coin où elle pousse les bactéries sont à l’œuvre et que le sol retrouve sa bonne santé. Réjouissons-nous de le voir fleurir, et abstenons-nous d’apporter une quelconque fumure.

Urtica dioica

O comme Ortie
Certainement la plante sauvage la plus précieuse, tant ses vertus sont nombreuses !
En cuisine et tisane (riche en fer), en extrait fermenté, en teinture, en fibres à tisser,... c’est une incontournable. De plus les coccinelles l’adorent, ainsi que les chenilles des plus jolis papillons du jardin (paon du jour ou vulcain par exemple).
Que nous dit-elle ? A son pied nous trouverons bien souvent des morceaux de fer rouillés (clous, outils). Elle nous indique aussi un sol engorgé en nitrates.
Attention à l’endroit où nous la récoltons pour la cuisiner. Évitons de la prendre en contrebas des champs traités.

Fleur de plantain en juin

P comme Plantain lancéolé
Le plantain lancéolé, vivace, pousse dans les pelouses équilibrées en matières organiques.
Nous le rencontrons justement dans une prairie du jardin où nous avons retiré l’herbe de tonte depuis plusieurs années, afin d’exporter les excès d’amendement. Les pissenlits ont peu à peu disparu, laissant place à une flore diversifié.
Le plantain est souverain pour apaiser les piqûres d’insectes ou d’orties et c’est une excellente plante comestible.
Un autre plantain, à feuilles rondes (plantago major), est présent dans la cour de la ferme, indicateur de sols abimés car piétinés par le bétail.

Plantago lanceolata
Bellis perennis

Pâquerette
Tout le monde connaît cette plante vivace. Elle pousse en prairies favorables à la production laitière. Présente en excès elle indique un sol piétiné, en cours de dégradation par lessivage.

Taraxacum ruderalia

Pissenlit dent de lion
Cette plante vivace mellifère, bien connue des gourmets pour ses salades printanières, est une excellente médicinale dépurative.
Elle devient envahissante dans les prairies trop riches en matières organiques animales, et compactés.

Rumex obtusifolius

Rcomme Rumex à feuilles obtuses Cette plante vivace de la famille de l’oseille, à forte racine pivotante, se reconnaît facilement à ses feuilles larges et à ses hampes florales rousses.
Elle se développe dans les prairies d’élevage intensif, les sols engorgés en eau, pollués par les nitrites. C’est le signe d’un sol gravement abîme.
Elle pousse chez nous dans le sol très compacté de l’ancienne cour de ferme, où l’eau stagnait. Nous avons décompacté en retirant l’empierrement en silex qui empêchait l’eau de s’infiltrer. Cette plante disparaît peu à peu, indiquant que le sol est en cours de guérison.

Senecio vulgaris

Scomme Sèneçon commun
Cette petite annuelle est le régal des oiseaux (chardonnerets).
Elle nous indique un excès d’azote dans le sol, qui est lessivé et érodé par les pluies par manque de couverture.

tragopogon pratensis

Salsifis des prés
Il pousse dans un coin de prairie du jardin, en compagnie du plantain lancéolé, indiquant comme son cousin une prairie équilibrée, qui doit être fauchée tardivement pour préserver sa richesse floristique.

Vcomme Vesce cultivée

Vicia sativa

La vesce commune grimpe et s’enroule sur d’autres plantes grâce à ses vrilles, dans les sols compactés, où le phosphore est bloqué.

Veronica persica

Veronique de Perse Cette petite annuelle en tapis aux myriades de petites fleurs bleues pousse dans les sols compactés, riches en nitrates et en matières organiques. Si on continue à y apporter des fumures, liseron et chardons prendront sa place !...

Et les graminées sauvages ? (appelées Poacées)

Fromental : Arrhenatherum elatius

Elles sont un peu plus difficiles à identifier, surtout au printemps quand elles ne portent pas encore d’inflorescences.
Voici un petit échantillon de celles que nous avons trouvé dans notre terrain.

Fromental, ou avoine élevée, est une grande herbe vivace des prairies riches de bonne qualité.

Brachypodium sylvaticum

Brachypode des bois : il a de jolies feuilles vert clair, assez larges. Il pousse de préférence à mi-ombre.

Brachypode détail
Bromus sterilis

Brome stérile
Jolie graminée annuelle, évoquant l’avoine. Elle se plaît là où le sol est carencé en potasse, et engorgé en matière organique d’origine végétale. Elle fleurit assez tôt, en avril-mai

Elytrigia repens : chiendent

Chiendent rampant
Cette graminée vivace pousse dans des sols fatigués, par excès de nitrates, de potasse et de labours.
Ses épis sont disposés latéralement sur la tige

Lolium perenne : ray grass

Ray grass anglais
Cette graminée vivace a une inflorescence avec des épis disposés sur un même plan (contrairement au chiendent).
Cette graminée est un bon engrais vert qui entre dans la composition des prairies de qualité.

Lolium multiflorum : ray grass d’Italie

Ray grass d’Italie
Cette graminée annuelle, un peu plus haute que sa cousine, adepte des sols destructurés, compactés et engorgés en nitrates. Cette plante précieuse est capable de restructurer les sols et rétablir leur fertilité.

Holcus lanatus : houlque laineuse

Houlque laineuse
Graminée vivace, douce et blanchâtre. Elle pousse dans des terres riches en matière organique où l’activité des bactéries est bloquée.

Agrostis stolonifera

Agrostide stolonifère
Cette vivace a des rhizomes traçants. Elle indique un sol engorgé en eau, en matières organiques, une asphyxie de la vie microbienne, un blocage du phosphore dû au compactage par le bétail par temps humide..

Alopecurus agrestis : vulpin

Alopecurus : Vulpin des champs
Cette graminée est annuelle. Le message qu’elle nous délivre est encore une fois un engorgement et un compactage d’un sol très dégradé.

Bilan de ce relevé botanique :

Le message que nous renvoient les plantes de notre terrain est très homogène et très clair : Le message est STOP !
Le sol de cette ancienne ferme a reçu trop d’amendements, trop de fumures ! depuis des dizaines d’années, lisiers, fumier, engrais chimiques, etc s’y sont accumulés.
La terre en est saturée, engorgée et la micro-faune du sol ne parvient plus à digérer cet excès de nourriture.
A cela, ajoutons le compactage du sol par les vaches et le passage quotidien des tracteurs, qui empêche la vie du sol de respirer...

Que faut-il faire pour "sauver’"la terre de notre terrain ?

Le cas est difficile mais pas désespéré :
prenons conscience que les plantes qui ont poussé là sont en train de dépolluer, d’assainir, d’exporter les excès. Laissons les faire leur travail, et accompagnons-les en exportant les herbes coupées. Remettons de l’air dans le sol à l’aide d’un léger décompactage à la grelinette.
Et observons l’évolution lente, qui années après années laissera apparaître de nouvelles plantes, signe que le terrain est en cours de guérison.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4258 / 49051

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Jardin   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License